Derniers ajustements avant la première

Que de fébrilité dans l’air! Nous arrivons aux derniers jours de répétition avant notre première présentation devant public. Comme toujours avant une première, une sentiment contradictoire s’empare de moi. D’un côté, je souhaiterais pouvoir peaufiner mon oeuvre encore un peu, mais de l’autre, la rencontre avec le public commence à se faire pressante.  J’ai hâte d’entendre les réactions des jeunes spectateurs et de recevoir leurs questions après la représentation. Continuer la lecture de « Derniers ajustements avant la première »

Un univers en création

RÉSIDENCE DE CRÉATION INSPIRANTE

Tel des nymphes des bois, ma fabuleuse équipe et moi, avons roulé jusqu’au Saguenay pour une résidence de création sur la cime du Mont-Jacob. Benoit Lagrandeur, directeur artistique du Théâtre La Rubrique, aussi codirecteur artistique du Festival international des arts de la marionnette de Saguenay (FIAMS), a compris nos besoins et s’est montré très enthousiaste à cette collaboration facilitant les premiers pas de la création. Continuer la lecture de « Un univers en création »

Une équipe de créatrices extraordinaires

Formation d’une équipe d’exploration

Après un travail de recherche fructueux et le stage stimulant de l‘Institut International de la Marionnette, j’ai ressenti le besoin de partager mes interrogations et aspirations artistiques pour ce spectacle avec des pairs dont le travail m’interpelle. Pour clôturer cette phase exploratoire du propos et de la forme de ma prochaine création, j’ai donc réuni autour de moi une équipe forte, composée de cinq conceptrices exceptionnelles. D’origines artistiques diverses, toutes possèdent une formation de haut niveau. Elles œuvrent et se démarquent dans le milieu professionnel depuis déjà une dizaine d’années. Leur démarche artistique privilégie une implication directe dès les premiers pas d’une oeuvre ainsi que la fusion des genres. Enfin, elles sont habitées par le désir de mettre en commun leur savoir-faire respectif pour m’accompagner dans ma quête d’aller au delà des possibles connus en théâtre de marionnettes.

Je suis profondément convaincue que l’implication à part entière d’une équipe forte de concepteurs dès les premiers pas de l’oeuvre, a une importance capitale sur la qualité et l’unicité du spectacle. Dès son origine, chaque créateur influence l’oeuvre en devenir par son talent et l’aide à grandir et à atteindre le maximum de son potentiel artistique.

Sabrina

Équipe
Isabelle Chrétien, Lila-Mae G. Talbot, Sabrina Baran, Maryse Poulin, Audrey-Anne Bouchard et Josée-Bergeron-Proulx

Voici une brève présentation de ces 6 fabuleuses artistes qui mettront en commun leur imaginaire et leur art afin de créer un univers unique!

Josée Bergeron-Proulx, scénographe et pédagogue
Issue de l’École nationale de théâtre en 2007, ses scénographies me fascinent. En 2012, elle signe la scénographie inventive de mon premier spectacle Ondin qui franchit le cap des 150 représentations.

Audrey-Anne Bouchard, conceptrice d’éclairage et pédagogue
Artiste passionnée par son médium, sa carrière se développe au Québec et à l’international. Elle sculpte les corps en mouvement et les éléments scéniques avec la lumière dans une approche collective de création.

Isabelle Chrétien, conceptrice de marionnettes, artisane et pédagogue
Conceptrice de marionnettes, elle recherche et invente des systèmes élargissant la gamme de mouvement de divers types de manipulation pour lesquels, à titre rare d’artisane, elle relève le défi de la fabrication.

Maryse Poulin, danseuse et musicienne
Artiste du corps, du son et de l’image, elle privilégie le vagabondage entre les disciplines artistiques. Interprète de danse reconnue (5 ans avec O’Vertigo), elle explore la richesse des langages scéniques.

Lila-Mae Talbot, danseuse et pédagogue
Formée à L’École Supérieure de Ballet Contemporain, elle se passionne pour la complémentarité des genres tels: le ballet, le break dance et le release. Elle favorise un entrainement diversifié pour préserver l’équilibre.

Sabrina Baran, idéatrice et marionnettiste
Codirectrice artistique de L’Illusion, Théâtre de marionnettes, Sabrina Baran a littéralement grandi au sein de la compagnie. Elle s’intéresse très tôt aux arts de la scène, à la danse et aux arts visuels. Après un baccalauréat en psychologie, question de mieux connaître l’humain, elle suit une formation en théâtre de marionnettes, d’ombres et d’objets ainsi qu’en création pour l’enfance et la petite-enfance auprès de maîtres québécois et européens.

Périple européen sous le signe de la marionnette

Le congrès de l’UNIMA

En mai dernier, après un passage dans les Rocheuses canadiennes pour participer au Calgary International Children’s Festival, je m’envolais vers l’Espagne pour prendre part à mon premier Congrès de l’UNIMA (Union internationale de la marionnette) à titre de conseillère du Canada.

Des centaines de délégués du monde entier se réunissaient à San Sebastian et Tolosa, au Pays Basque espagnol, pour faire avancer les grands enjeux mondiaux de la marionnette. Le jour, nous avions d’importantes et intenses rencontres de Congrès et le soir venu, nous allions assister à des spectacles et cabarets marionnettes jusqu’aux petites heures du matin. C’était vraiment magnifique de rencontrer tant de gens de pays différents et tous animés par la même passion que moi. La marionnette, sous toutes ses formes, est forte et dynamique et elle se bat pour la liberté partout dans le monde. C’était beau à voir!

Les commissions

Une belle complicité s’est établie avec certains de mes collègues et en leur compagnie, nous avons créé la commission jeunesse de l’UNIMA.  Le but de cette nouvelle commission est de favoriser un renouveau au sein de l’UNIMA par une meilleure intégration des jeunes ainsi que des nouveaux membres. Elle apportera un regard neuf sur les grands enjeux de l’UNIMA en s’impliquant, par le billet de ses membres, dans toutes les autres commissions. Elle reprendra aussi la gestion du Bed and Puppets, un programme d’hébergement international pour les marionnettistes. On m’a aussi demandé de rejoindre la commission des communications et des relations publiques, ce que j’ai accepté avec grand plaisir. Cette nouvelle commission vise à développer des outils efficaces de communication pour permettre la reconnaissance de l’UNIMA et favoriser la circulation d’information entre les membres et les centres nationaux.

Il y a beaucoup de commissions à découvrir à l’UNIMA. Chacune d’elle travaille sur des sujets importants et offre de belles opportunités pour les marionnettistes. Vous pouvez avoir plus d’information ici.

Le Topic de Tolosa, qui nous accueillait, est un centre de documentation, un musée, une salle de spectacle et de conférence. Un endroit fabuleux pour les marionnettistes!

Une escale folle à Barcelone

J’aimais déjà cette ville et il m’était impensable de mettre les pieds en Espagne sans m’y arrêter à nouveau. Quel moment magique et fou ce fut! C’est une ville vibrante, intense, débordante d’histoire et de culture. J’y ai découvert des artistes passionnés qui vivent de leur art dans des espaces atypiques et inspirants!

L’atelier de marionnettes de Pepe Otal par exemple, où un collectif d’artistes a repris l’espace de ce créateur non-conformiste pour continuer à faire vivre son atelier en l’ouvrant à la communauté. Les artistes viennent travailler à la création de leurs marionnettes et s’entraident au quotidien. Il y a une réelle vocation sociale à cet espace. L’atelier se transforme aussi pour pouvoir présenter des spectacles, les soirées se terminent par une bouffe commune où tout le monde échange de façon conviviale.

J’ai aussi eu la chance de découvrir La Puntual, seul théâtre entièrement dédié aux arts de la marionnette à Barcelone, codirigé par Eugenio et Nestor Navarro. Il s’agit d’un espace tout intime, situé au cœur de la ville sur une magnifique place. Les enfants et les grands viennent s’y entasser sur de jolis bancs de bois pour venir voir vivre les marionnettes. C’était beau, c’était touchant pour moi de voir une initiative semblable à celle du Studio-théâtre de L’Illusion et ce, si loin de chez moi.

Retour à mes racines tchèques

Autre arrêt obligé en Europe, le pays de mon père, la République tchèque, réputée pour sa riche et importante culture de la marionnette. J’en ai profité pour errer dans le rues de Prague, me laissant inspirer par la magie qui règne dans cette ville, m’arrêtant dans des cafés pour écrire mes pensées, avant de me rendre jusqu’à la petite ville d’origine de mon père en Moravie, Havírov. J’y ai revu ma famille, toujours des moments très émouvants quand on ne se voit pas souvent. J’ai aussi réussi à retrouver quelques œuvres de mon père que je croyais perdues. Je suis repartie de là avec d’étranges et précieux bagages en plus.

Stage professionnel à L’Institut international de la marionnette de Charleville-Mézières

J’ai terminé ma fabuleuse expérience européenne en France pour participer à un stage professionnel de 3 semaines à L’Institut international de la marionnette à Charleville-Mézières avec la compagnie Les Anges au plafond.

L’Institut international de la marionnette et L’école supérieure des arts de la marionnette à Charleville-Mézières disposent d’une villa pour les chercheurs et créateurs en marionnettes où nous étions hébergés. Nous avions accès au centre documentation de l’Institut, aux salles de répétitions, à l’atelier de fabrication de marionnettes et à la salle de spectacle, le TIM. Il s’agit d’un endroit formidable et inspirant!

Les formateurs Camille Trouvé et Brice Berthoud étaient tout simplement fantastiques et j’estime avoir énormément grandi à leur contact. Avec ouverture et générosité, ils nous ont littéralement plongés dans leur univers de création. En compagnie de leurs collaborateurs Martina Rodriges, Amélie Madeline et Thierry Collet, nous avons exploré le rapport entre l’illusion et la marionnette via la manipulation visible et invisible.

Nous étions 17 stagiaires en provenance de France, de Belgique, d’Espagne et de Pologne, tous ayant une démarche artistique déjà bien établie. Quelle rencontre!!! Les échanges furent riches et une amitié profonde est née entre nous tous. Pour reprendre l’expression d’une de mes collègues : «Je ne savais pas qu’il était possible de tomber amoureuse de 20 personnes en même temps!»

Bref, c’est une expérience incomparable que j’ai vécu cet été. J’ai changé, grandi et je me suis développée à tous les niveaux. C’est une nouvelle Sabrina qui est revenue au Québec, chamboulée par toutes ces expériences mais définitivement plus forte et sûre d’elle-même!

Je suis fin prête à me replonger dans ma création!

Une création plus grande que nature!

Une nouvelle et mystérieuse création pour les tout-petits verra le jour au printemps 2017. Nous vous invitons à suivre pas à pas l’équipe de L’Illusion dans cette grande aventure! En effet, notre blogue de création sera dédié au processus artistique, dirigé par Sabrina Baran.

Encore très fébrile à parler de ce nouveau spectacle, Sabrina expose ici les différentes étapes qui ont guidé sa réflexion jusqu’à présent.

Les premiers pas de la recherche

S’inspirer dans la littérature

À l’hiver 2015, je me suis plongée dans l’exploration de recueils inédits avec comme objectif de mieux cerner les caractéristiques des personnages féminins peuplant la littérature mondiale. Comme il arrive souvent dans ce genre de recherche, une époque m’a interpellée plus que toute autre, celle de la fin du XIXe siècle se démarquant par son approche décadente, teintée d’humour et volontiers provocatrice.

J’y ai rencontré des auteurs qui m’étaient jusqu’à alors inconnus : Jean Lorrain  (Princesses d’ivoire et de tristesse) et Catulle Mendes (Les oiseaux bleus).  Ils m’ont ouvert la porte d’un univers que je qualifierais de sans fin : celle d’une approche subversive et moderne des contes merveilleux. Les personnages féminins, qui peuplent ces récits, sont dotés de forces et de pouvoirs à l’emprise indéniable sur le monde réel. Doucement, mais oh combien sûrement, ils m’ont ramenée au maitre du merveilleux de cette époque : Hans Christian Andersen. Son conte Poucette, avec comme héroïne un être fragile, déraciné et balloté d’univers en univers, s’est imposé par sa contemporanéité et son universalité. Voilà comment a surgi ce désir de créer un récit poétique et épique qui, tant par la forme que par le propos, abolira la frontière des genres pour aller au-delà des possibles actuels.

Sabrina

 

Un atelier-spectacle exploratoire

En juillet et août 2015, Sabrina a créé et animé un atelier-spectacle exploratoire autour du conte Poucette, personnage féminin en quête d’elle-même dans un environnement hostile. L’artiste visuelle, Fannie Yockell, et la musicienne, Maryse Poulin, l’accompagnaient dans cette étape cruciale pour l’évolution de son travail de création. En tout, quinze (15) ateliers-spectacles ont réuni près de 300 jeunes, âgés de 5 à 12 ans. Tous sont devenus maîtres du destin de l’héroïne en décidant des lieux et des personnages qu’elle croiserait sur son chemin.  En s’interrogeant sur les diverses émotions qui habitaient Poucette au fil de son aventure, ils ont  ainsi fait ressortir sa soif d’affirmation, son courage et sa résilience.

Atelier-spectacle estivalImpossible d’oublier le visage rayonnant de cette jeune fille déployant les ailes de Poucette et vivant en parfaite symbiose avec le personnage le bonheur d’une liberté enfin trouvée ! J’avais sous les yeux l’essence même du métier de marionnettiste : la capacité de ressentir une émotion intérieure jusqu’au bout de ses doigts et de la dévoiler au grand jour.

Sabrina

Stage de recherche et création à l’Institut international de la marionnette

RésidenceSabrina est présentement à l’Institut international de la marionnette de Charleville-Mézières afin de suivre un stage donné par Camille Trouvé, Brice Berthoud et Thierry Collet de la compagnie Les Anges au plafond. En compagnie de 17 autres jeunes marionnettistes provenant des quatre coins de la planète, elle explore la manipulation visible et invisible lors de 3 semaines de recherche, d’expérimentation et de présentation.

Ce stage lui permettra de s’inspirer de  toute cette effervescence créative pour affiner les thématiques qui la guident, pour découvrir de nouveaux univers artistiques et pour confirmer des intuitions. Suivez ses aventures en photo sur notre page Instagram avec le #stagevisibleinvisible